lundi 27 octobre 2014

A propos du barrage de Sivens (27 octobre)

Les événements dramatiques de ce week-end (en particulier le décès tragique de ce jeune de 21 ans) marquent malheureusement un tournant dans ce dossier du barrage de Sivens.
Nous voulons ici rendre hommage à ce jeune, Rémi, et à sa famille. Nous souhaitons que la justice puisse faire son travail en toute indépendance pour déterminer précisément les circonstances de ce décès. 

Sur le fond, rien ne peut justifier un tel déchainement de violences - et à fortiori la mort d'un homme- dans un dossier concernant la construction d'un barrage ... 
Nous avions indiqué, depuis des semaines, dans plusieurs communiqués, de la fédération du PCF ou par l'intermédiaire de nos élus, en particulier Roland Foissac, conseiller général du canton Albi-Nord Ouest, qu'il fallait, à tout prix renouer les fils du dialogue, faire vivre la démocratie, la transparence ... 
Il est temps enfin que la raison l'emporte, à Sivens, au plan départemental comme au plan national, sur ce dossier. 


   

Nous publions ici le communiqué du PCF en date du 23 octobre.


Sivens : Pour la démocratie et le bien commun


Le 25 octobre se tient un rassemblement contre le projet de barrage de Sivens.

Depuis des mois, des citoyens s’interrogent sur le bien fondé de ce projet. Les membres du collectif du Testet, opposés au barrage, posent notamment avec constance un certain nombre de questions, interpellent les élus et les pouvoirs publics. Ils formulent la demande d’un réel débat public , qui n’a pas eu lieu à ce jour. Ils demandent la publication au plus vite du rapport des experts mandatés par la Ministre de l’écologie et un moratoire immédiat des travaux sur le site.

En cohérence avec ce qu’ont défendu, depuis le début les élus communistes au conseil général, Serge Entraygues et Roland Foissac : la transparence sur le dossier, des pratiques démocratiques réelles et un retour au calme avec l’arrêt des violences, nous participerons à ce rassemblement, dans un esprit de dialogue et de responsabilité.

Ce projet cristallise aujourd’hui des oppositions très vives. Rien n’est pire pour la démocratie et son devenir que de perpétuer des pratiques qui laissent supposer une opacité et une connivence entre décideurs politiques et quelques grands groupes ou lobbies.
Quel projet de territoire voulons nous pour le nord-ouest du département, où il est de plus en plus difficile pour de jeunes agriculteurs de s’installer, du fait de la pression sur le foncier – notamment en raison des effets de la péri-urbanisation, de l’extension des zones urbaines ?  

Oui, il y a besoin d’une agriculture moderne, diversifiée, respectueuse de l’environnement, d’exploitations familiales. Dans ce domaine aussi il faut permettre aux Tarnaises et aux Tarnais de pouvoir vivre et travailler au pays.

Ce sont ces problèmes que nous voulons poser et sur lesquels il nous faut débattre et agir.
Sur la question de l’eau, décisive quant à l’avenir de la planète, on ne préservera vraiment cette ressource que dans le cadre d’une maîtrise publique sur nos territoires. Qui peut penser sérieusement que la privatisation des barrages votée à l’Assemblée le 11 octobre dernier - au prétexte de la loi sur la Transition énergétique - constitue une réponse progressiste et un progrès pour les citoyens ou pour l’écologie ?
Une fois de plus, on livre au marché un bien de la Nation pour le seul profit des actionnaires … C’est tout le mérite des élus communistes et du groupe GDR de s’être opposés – hélas seuls  dans l’hémicycle -– à cette privatisation scandaleuse. 
  
Sur ce sujet aussi, nous alertons et appelons les citoyens à se mobiliser et à ne pas se laisser faire !   

Albi, le 23 octobre

Eric Jalade
Secrétaire départemental du PCF







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire