vendredi 7 mars 2014

Sur la liaison Mazamet-Castres/Toulouse (suites) : le choix des communistes

Aménagement du territoire, responsabilité de l’Etat ou désengagement, privatisation et abandon du territoire ? 


Sur ce dossier, nous avons déjà exposé la position des communistes, qui est constante et qui, contrairement à d’autres, ne varie pas en fonction des circonstances, du calendrier électoral et de calculs internes…

A lire ici, ce que nous écrivions récemment sur l'autoroute concédée (en novembre dernier) ou à l'occasion du débat public, en 2010, lire ici le cahier d'acteurs de la section de Castres ou sur le site de la section de Castres du PCF, par exemple sur ce lien.
On pourra relire également ce que nous écrivions, avec nos amis et camarades de Castres à Gauche Vraiment, ici  ou l'appréciation, dans ce débat de l'Union Départementale CGT

Pour nous, l’aménagement du territoire – à fortiori s’agissant d’une route nationale comme la RN 126  - c’est de la responsabilité de l’Etat, des gouvernements successifs, qui depuis des décennies, traitent notre département comme un territoire de seconde zone.
La droite (notamment le RPR puis l’UMP) a instrumentalisé ce dossier et tente encore de le faire, alors que depuis des décennies, leurs élus ont laissé notre territoire à l’abandon, accompagnant la casse de l’emploi – et soutenant des politiques nationales et européennes qui l’ont aggravée, dans tous les secteurs – en accélérant le démantèlement des services publics et des politiques de solidarité (RGPP, casse de l’emploi public, austérité …).  

Nous voulons redire ici, au moment où l’on demande aux collectivités territoriales de se prononcer sur ce sujet, que c'est l'Etat qui porte la lourde responsabilité, aujourd'hui, comme depuis plus de 30 ans, de ne pas avoir aménagé correctement et équitablement le territoire, en particulier le sud et l’est de notre département. 
Aujourd’hui, la précarité et le chômage sont largement au dessus de la moyenne nationale et régionale, avec environ 15% de chômage sur le territoire de l’agglomération Castres-Mazamet, encore supérieur dans les villes, 19% à Castres et autour de 20% à Mazamet-Aussillon. La casse massive du socle industriel traditionnel - textile, délainage - n’a jamais été totalement compensée, même si des secteurs d'activité sont heureusement plus dynamiques (Chimie, mécanique-auto ou industrie pharmaceutique).

Dans ce contexte difficile, les habitants du sud du département ont besoin, peut-être plus qu’ailleurs en raison de ces difficultés économiques et sociales, de politiques solidaires, de services publics, d’infrastructures et de politiques publiques qui construisent de l’égalité, de la solidarité.

De fait, loin de rattraper ce retard, le vote de la loi « Métropole » (loi MAPAM, en décembre 2013), voulue par Sarkozy et le précédent gouvernement et votée par la majorité PS-Verts va aggraver les disparités de traitement entre les départements comme le nôtre et les métropoles. 

C’est donc vers un "déménagement" du territoire que l’on se dirige au seul profit des métropoles - dont l'agglomération toulousaine - qui vont voir leur poids se renforcer au détriment de territoires "périphériques" comme le Tarn, qui seront encore plus des territoires de seconde zone, avec peu d'infrastructures, mal entretenues (ou des autoroutes à péage, donc pour les plus riches), de moins en moins de services publics, d'emplois ...
Comme le souligne Roland Foissac, le choix de la concession (alors que le Conseil Général n'est décisionnaire en rien dans ce dossier, tout comme les autres collectivités territoriales, agglo ou région, contraints de dire à quelle hauteur ils vont financer une décision prise ailleurs...) constitue un renoncement, un alignement pur et simple, par défaut, de la part de la majorité des élus du CG sur les choix gouvernementaux.
Dans le même temps, ce gouvernement, avec l’objectif entêtant de tailler dans les dépenses publiques, annonce une nouvelle baisse de 10 milliards d’€ des dotations aux collectivités d’ici à 2017…
On contraint donc, dans de mauvaises conditions les collectivités à se prononcer sur un choix dont elles n’ont pas la maîtrise et dans le même temps, on leur réduit de manière drastique les moyens d’assumer des missions et des compétences que l’Etat leur a déléguées … 
Les communistes, leurs élus refusent ce choix désespérant où l’usager, le contribuable et le citoyen sera une fois de plus le perdant, et les gagnants – une fois de plus – seraient une fois de plus les actionnaires et les plus riches…
Il y aurait d'autres choix, courageux et responsables, à effectuer : d'abord la nationalisation, dans les meilleurs délais de l'ensemble des sociétés d'autoroute, bradées en 2005 au profit de grands groupes du BTP, avec un manque à gagner considérable pour l'Etat. Les sénateurs communistes ont rédigé une proposition de loi, qui a été discutée une première fois en janvier dernier au Sénat.
Cette proposition sera à nouveau à l'ordre du jour au printemps, en juin. 
Cela donnerait à nouveau des marges de manoeuvre et des moyens considérables aux pouvoirs publics pour opérer des choix dans l'intérêt des populations sur tout le territoire national, alors que les infrastructures, ferroviaires comme routières, nécessitent des investissements importants dans les années à venir, dans le respect de l'environnement. 
Ce serait là un choix véritablement progressiste et cohérent que pourraient effectuer une majorité de gauche, à la fois au Sénat et à l'Assemblée Nationale. 
 
A contrario, en faisant le choix de la concession – dans le prolongement des gouvernements de droite précédents - le gouvernement PS-Verts tourne le dos à des décisions qui relèvent de l'intérêt des populations, de l'intérêt général. 

La bataille pour la gratuité de la liaison Mazamet-Castres/Toulouse ne s’arrêtera ni en mars, ni dans les semaines et les mois à venir. 
Nous avons l’ambition de contribuer à rassembler la population de notre département pour qu’elle soit enfin respectée et écoutée et non pas traitée comme celle d’un territoire « oublié » de la République. Un comble à l’heure où la République célèbre, à juste titre, avec tous les honneurs le centenaire de l’assassinat de notre compatriote Jean Jaurès, natif de Castres, élu à l’Assemblée Nationale par les ouvriers et les paysans du Carmausin …

Comme toujours à vos côtés, vous pouvez compter sur les communistes, pour continuer à défendre l’emploi, l’aménagement du territoire, l'égalité et les services publics !

 Le 7 mars 2014 

Eric Jalade,
Secrétaire départemental du PCF. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire