jeudi 2 janvier 2014

UN REDECOUPAGE POLITICIEN QUI MALTRAITE LES TERRITOIRES RURAUX DU TARN

Communiqué de presse – 31 décembre 2013.

La fédération du Tarn du PCF réagit aux « vœux » de la préfète du Tarn, Josiane Chevalier.


Un redécoupage politicien qui maltraite les territoires ruraux du tarn


Faisant suite à la loi sur les métropoles et aux baisses de dotations d’Etat pour les collectivités territoriales, ce « redécoupage » des cantons du Tarn, communiqué par Madame la préfète entre Noël et le premier de l’an, est un mauvais coup porté à la démocratie, au pluralisme et aux territoires ruraux de notre département. 
C’est dans une opacité absolue qu’a été concocté ce projet de redécoupage. Rendre public un tel projet, avec les conséquences qu’il porte pour la démocratie, à une telle date est aussi révélateur quant à la conception des règles républicains qu’en ont ses auteurs ...
 
Affiche du PCF, éditée à l'occasion du "découpage"
des circonscriptions législatives en 1986 par Pasqua et Chirac.
De manière générale, on constate que désormais la place des territoires ruraux se trouve réduite à la portion congrue, avec des cantons très vastes, souvent sans aucune cohérence territoriale, sans lien avec des bassins de vie. C’est manifeste dans tout le département, et tout à fait caricatural dans le Nord et l’Est.
Il serait fastidieux de commenter toutes les invraisemblances et les incohérences territoriales de cette carte.

A l’évidence, ce ne sont pas les intérêts des populations qui ont été pris en compte mais bien des arbitrages politiciens, en dehors de toute transparence, sans même avoir réuni les élus locaux et tenu des réunions d’information en direction des populations concernées.
Dans le droit fil de la réforme territoriale lancée par Nicolas Sarkozy et sa majorité de droite – que nous continuons de rejeter - le gouvernement et sa majorité PS-EELV met à mal avec un tel redécoupage la représentation des populations rurales et l’égalité des territoires. 

La règle de la « moyenne démographique » est un critère totalement arbitraire qui fait fi des communes, de la démocratie de proximité, tout comme de la dimension géographique ou du relief de notre département. Il y aura donc davantage de conseillers territoriaux dans les villes que dans les zones rurales, alors que l’on sait l’importance que revêt le conseiller général et des liens de proximité qu’il peut établir, en zone rurale, avec les élus et les habitants.

Tout l’est du département  (du Ségala aux Monts de Lacaune) se trouve regroupé dans 3 méga-cantons, sans aucune cohérence en terme de bassin de vie :
- Pour prendre l’exemple du Ségala, où sont fusionnés les cantons de Pampelonne, Valence et de Valdériès avec une partie d’un canton carmausin, désormais les habitants de Jouqueviel auront le même conseiller départemental que ceux de Trébas …
- Le deuxième de ces « cantons », celui de Réalmont a des limites qui vont de Laboutarié – tout proche de Graulhet - jusqu’à Miolles, aux confins de l’Aveyron.
- La Montagne n’est pas non plus épargnée, avec un seul et même canton qui regroupera les communes des cinq cantons actuels de Vabre, Lacaune, Murat et Brassac et Anglès auquels on a rajouté, pour faire bonne mesure, la commune de Lacrouzette …

Sur les 46 cantons actuels du département, deux ont des conseillers généraux communistes, Serge Entraygues (Carmaux Nord) et Roland Foissac (Albi Nord-Ouest). Ces ceux cantons sont également particulièrement soignés par les ciseaux du Ministère et de la Préfecture.
En particulier le canton de Carmaux-Nord qui est purement et simplement rayé de la carte.

Ce charcutage ne tient compte, en réalité, ni des besoins des populations, ni des difficultés particulières de tel ou tel territoire. 
Les principales communes, déjà regroupées dans les 2 agglomérations (CAA et CACM) auront désormais davantage de représentants au sein de l’institution départementale (8 pour Albi, 6 pour Castres), alors qu’on aura, par exemple, 2 conseillers départementaux pour représenter 40 communes du nord du Tarn (!) dans le «méga- canton » de Carmaux 2 … 
Quel lien de proximité pourront établir ces élus avec les habitants de ces communes, avec les élus locaux ? Poser la question c’est y répondre.

Le PCF tient à réaffirmer son profond désaccord avec ce « redécoupage » dont nous contestons le bien-fondé et le résultat.
Nous serons aux cotés des maires, des élus (notamment des conseillers généraux) et des habitants pour réaffirmer notre attachement à la démocratie, à la solidarité territoriale et pour obtenir des moyens pour répondre partout aux besoins des tarnaises et des tarnais.  

Pour le secrétariat fédéral,
Eric Jalade,
Secrétaire départemental du PCF


Voir l'article de la dépêche qui nous a informé du projet de redécoupage, le 31 décembre ...  à lire ici, avec la carte (illisible d'ailleurs). Sur le site de la préfecture, on peut retrouver l'ensemble des documents (carte et communiqué de presse de la préfète, La carte est visible sur ce lien ...).

Dans un passé récent, notre département avait déjà été particulièrement l'objet des soins de deux redécoupages législatifs, celui de 1986, sous les ciseaux de Pasqua et celui de 2009, où Alain Marleix et Bernard Carayon (UMP) étaient à l'oeuvre ... On pourra lire ici un article sur le sujet :  Le Tarn, symbole des invraisemblances du découpage électoral ...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire