mercredi 13 juin 2012

1er tour des élections législatives : Déclaration du secrétaire départemental du PCF


Après le 1er  tour des législatives:

Déclaration d’Eric Jalade

pour la fédération du Tarn du PCF



Nous tenons à remercier chaleureusement les 12297 électrices et électeurs qui ont voté pour les candidats du Front de gauche dans notre département.
Avec nos amis et militants qui se sont dépensés sans compter, Géraldine Rouquette, André Boudes et Philippe Guérineau ont mené de belles campagnes, portant les idées et valeurs de « l’Humain d’abord », attentifs aux sujets qui touchent au quotidien des Tarnaises et des Tarnais, quand bien d’autres candidats n’ont pas jugé utile d’aborder les questions de fond qui seront  pourtant au cœur de la prochaine législature. Ainsi, pour n’évoquer que quelques points clés, nous continuerons de porter, avec les députés communistes et du Front de gauche, avec nos élus au département et à la région, avec les citoyens, l’abrogation de la réforme des collectivités territoriales, la défense des services publics, de l’emploi et particulièrement de l’emploi industriel, la rupture avec les politiques et traités libéraux européens …
Ces milliers d’électeurs qui ont voté pour nos candidats ont fait preuve d’une lucidité et d’un courage que nous tenons à saluer dans un contexte médiatique où tout a été fait pour dévaloriser les enjeux – pourtant cruciaux – de cette élection et alimenter le vote « utile ».

A l’échelle de notre département comme du pays, c’est le Parti Socialiste qui est le principal bénéficiaire de ce scrutin, avec un processus qui tend à renforcer  et à prolonger l’élection présidentielle en faveur de la formation du vainqueur de cette élection, François Hollande. Ce scrutin a été marqué aussi par un progrès inquiétant de l’abstention, plus net encore au plan national.

Comme en 2007 (où ce phénomène s’était produit en faveur de l’UMP et de Sarkozy), c’est un des effets politiques de l’inversion du calendrier électoral et du quinquennat où les élections législatives tendent à devenir désormais une élection secondaire après l’élection principale, la présidentielle. C’est un phénomène préoccupant pour la démocratie, un autre effet pervers des institutions de la Ve République. Cela renforce notre détermination à défendre l’idée d’un renouveau démocratique, avec une VIe République, qui permette l’émergence d’un Parlement à l’image de notre pays, à la fois sur un plan politique et sur un plan social, d’une Assemblée qui retrouve du poids et un rôle accru dévolu aux citoyens dans la vie politique de notre pays.

Point positif, l’UMP et les candidats qu’elle soutenait au plan départemental subissent un échec très net,  avec moins de 40 000 voix sur les trois circonscriptions soit une perte de plus de 21 500 voix par rapport à 2007, avec des scores très faibles dans la 1ere (moins de 16% pour Amalvy) et la 2e circonscription (à peine 16% pour Del Rey). Le député sortant, Bernard Carayon, dans la 3e, qui a bénéficié de tout le soutien de l’appareil d’Etat pendant des mois, ministres et président en tête, est aussi en repli très net, avec seulement 33% des suffrages.

Pour la première fois dans notre département, une candidate du Front National sera présente au second tour aux législatives, dans la 2e circonscription. La porosité et la connivence idéologique depuis plusieurs années, et qui s’est singulièrement aggravée ces dernières semaines entre l’UMP et le FN n’est pas étrangère à ces transferts de voix de la droite vers l’extrême droite. Il reste que des urgences sociales doivent aussi être traitées, la précarité, le
chômage, l’explosion des inégalités …
Les communistes, comme toujours dans notre histoire, seront au premier rang pour combattre les idées de haine, d’exclusion, le racisme et la xénophobie.

Nos adversaires de toujours, ce sont la droite et l’extrême droite que les Tarnaises et les Tarnais doivent sanctionner au second tour de ces élections législatives, dans le Tarn comme sur l’ensemble de notre pays. Aussi, pas une voix ne doit manquer, en particulier dans la 2e circonscription, face à la candidate du Front National et dans la 3e circonscription face à Bernard Carayon, représentant de la frange la plus droitière de l’UMP, dont on connaît les connivences idéologiques avec le FN.

Albi, le 12 juin 2012


jeudi 7 juin 2012

Face à la haine, "l'Humain d'abord"


Face à la haine, « L’Humain d’abord »

Nos candidats, les amis et militants qui s’impliquent sans compter, mènent une belle campagne de terrain, en tenant de nombreuses réunions dans les quartiers, les villages de notre département, au porte à porte …
Notre campagne est une campagne sur le fond, sur les contenus, à mille lieux des polémiques politiciennes, des faux semblants, des ambitions personnelles et des divisions des uns et des autres – à droite comme à gauche.

Nous menons le débat, en développant depuis des mois des propositions, qui s’appuient en grande partie sur celles du programme « L’Humain d’abord » et ces propositions suscitent de l’enthousiasme, elles rencontrent un écho favorable partout, auprès de salariés, d’élus, de citoyens qui n’en peuvent plus et qui recherchent des issues à la crise. Ils voient dans notre approche de la politique une perspective concrète et réelle de changement, porteuse de ruptures avec les gestions libérales et capitalistes de la crise, pour l’emploi, les salaires, la dignité, la justice et la paix.

C’est à cela que travaillent les communistes et leurs amis, les militants et les citoyens qui se reconnaissent dans la campagne des candidats du Front de gauche depuis plusieurs mois.
C’est sur ce terrain que nous continuerons inlassablement à lutter, à rassembler et à agir, car c’est notre raison d’être, c’est le sens de notre combat, être à côté de celles et ceux qui luttent, de celles et ceux qui subissent les injustices et l’oppression. Nous sommes de ceux qui luttons au quotidien pour un monde plus juste, fraternel et solidaire.

Hélas, dans cette campagne, prolongeant en cela le climat délétère entretenu par les dirigeants de l’UMP et Nicolas Sarkozy entre les deux tours des élections présidentielles, nous sommes parfois confrontés à des attitudes et des comportements aux antipodes du débat politique, de la confrontation d’idées et de l’échange républicain.

Aussi nous tenons à condamner et à dénoncer très fermement les tentatives d’intimidation du groupuscule d’extrême droite « Bloc Identitaire » vis à vis de notre camarade Géraldine Rouquette, conseillère municipale de Castres et candidate aux élections législatives dans la 1ere Circonscription.

Nous voulons assurer notre camarade de toute notre solidarité et de tout notre soutien.
Nous ne laisserons pas faire.

Nous appelons les pouvoirs publics à prendre les dispositions pour ne pas laisser ces quelques individus et ce groupuscule – qui a pris la suite d’Unité Radicale, dissous en 2002 après la tentative d’assassinat sur Jacques Chirac - polluer le débat politique dans notre département et dans la ville de Castres en particulier.

D’autre part, nous nous associons au rassemblement qui se tiendra à Toulouse ce samedi 9 juin 2012 à 11 heures, à l’appel d’un collectif d’organisations, contre la présence du Bloc Identitaire dans cette ville.

Ici, dans le Tarn, pays de Jaurès, terre de résistance et de luttes, nous ne laisserons pas semer la haine, la violence et le racisme. 

Nous appelons les tarnaises et les tarnais, progressistes, démocrates et républicains, à rester vigilants.

Le 5 juin 2012
Pour la fédération du Tarn du PCF,

Eric Jalade,
Secrétaire départemental,
Membre du Conseil National.

mercredi 6 juin 2012

Fin de campagnes : Soirée festive et politique à Albi, vendredi 8 juin - 20 h 30


Jean Ortiz
Les candidats du Front de Gauche aux Législatives dans le Tarn, Géraldine Rouquette, André Boudes et Philippe Guérineau ont le plaisir de vous inviter à :  


une soirée Apéritivo-Politico-Latino-Flamenco-Musico


le vendredi 8 juin 2012
à  la salle de Pratgraussals (Albi)
Un apéritif dinatoire sera offert à partir de 19 h.
Dans le cadre du soutien aux candidats André Boudes, Géraldine Rouquette et Philippe Guérineau, notre ami et camarade JEAN ORTIZ Maître de Conférences à l’'Université de Pau, nous offrira ensuite la conférence-débat suivante :

"Oui, le changement en France et en Europe est possible : la preuve par l'exemple des pays latino-américains".

Tous les observateurs le soulignent : c'est l'Amérique latine qui résiste le mieux à la crise : croissance, stabilité, amélioration des indicateurs sociaux, recul de la pauvreté, avancées positives de l'intégration continentale, protection dans de nombreux pays de l'environnement, politiques de souveraineté et d'indépendance nationales, de "retour" de l'Etat, récupération des ressources naturelles, primauté du politique sur l'économique, investissements publics massifs dans beaucoup de pays, bref, tout le contraire de la politique de l'Union Européenne, que les gouvernements latinos américains soient "radicaux" ou modérés.
Un spectacle de chanteuses de Flamenco et un concert du groupe El Comunero clôturera la soirée.


Venez nombreux, on compte sur vous !  

Le plan de bataille des marchés financiers ...

Un grand merci à nos amis de "Là bas si j'y suis", de "Fakir" et les "Mutins de Pangée" pour ce document "brut de décoffrage" réalisé il y a quelques semaines, et qui demeure pleinement d'actualité ...

François Ruffin et Olivier Azam ont rencontré il y a quelques semaines Nicolas Doisy,  chef du département Économie à Corporate Investment Bank (Chevreux, une filiale du Crédit Agricole), le plus important broker indépendant européen (courtage fonds de pension, banques, investisseurs institutionnels…). Ce dernier est l'auteur d'une "note" explosive, dont il assume le contenu, devant la caméra :
Hollande devra déplaire soit aux marchés financiers, soit à ses électeurs. Dans le collimateur des financiers -des capitalistes - et des monopoles d'investissements : le marché du travail à travers la négociation des garanties dont bénéficient actuellement les CDI en France ...



A voir et à faire voir, pour contribuer à être lucides sur les tâches qui nous attendent, dans les jours et les mois qui viennent  :

- élire des députés pour nous défendre, pour tenter de faire voter, promouvoir, élaborer des lois qui soient à nouveau dans ce pays en faveur du monde du travai, c'est notre tâche immédiate, il faudra le plus possible d'élus communistes et du Front de gauche à l'Assemblée,
- Lutter, inlassablement, rassembler notre peuple, les travailleurs contre celles et ceux qui vont vouloir nous infliger l'austérité, plus ou moins douce.

C'est pour cela aussi qu'il y a besoin de forces de résistance et de proposition, d'un parti communiste offensif, rassembleur, présent sur le terrain et dans les luttes et dont l'activité parlementaire et dans les institutions se doit d'être le relai permanent des luttes, en lien avec le mouvement populaire, les organisations sociales, syndicales, le mouvement associatif ... 

Des candidats à l'offensive ...

Les candidats communistes et du Front de gauche aux élections législatives dans le Tarn sont à l'offensive, sur le terrain, depuis plusieurs mois, avec une présence militante très active dans les quartiers, les villages et sur les marchés de notre département.

Nous vous invitons à vous rendre régulièrement sur leurs blogs :

 Le blog de Géraldine Rouquette, candidate dans la 1ere circonscription (Albi-Castres-Est du Tarn)

Le Blog d'André Boudes, candidat dans la 2e circonscription (Albi-Carmaux-Gaillac-Graulhet)

Le blog de Philippe Guérineau, candidat dans la 3e circonscription (Castres-Mazamet-Lavaur)

Bonne lecture ...

N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez encore du matériel (affiches, tracts ...), il reste encore 4 jours, tous sur le pont avec nos camarades !

Rendez-vous le 10 juin, à partir de 19 heures, dans nos locaux, à Albi, Boulevard Montebello, pour les camarades du Nord du département et à Castres pour les amis et camarades du sud du département - au 23 rue Mirabeau.